Le retour de l’inflation (3ème partie)

Le retour de l’inflation (3ème partie)

Publié

Comment anticiper et estimer les risques d’une hausse de l’inflation ?

L’inflation peut être anticipée à partir des statistiques et prévisions publiées en Europe par Eurostat et la BCE par exemple, sans négliger la difficulté d’interprétation de ces statistiques qui tient au fait que :

  • Il n’y a pas une inflation mais plusieurs, chaque pays ayant ses particularismes en ce domaine. Par ailleurs au sein de la zone euro l’ajustement des déséquilibres ne pouvant plus se faire par le taux de change, il se fait par les salaires et par les prix. Gardons en mémoire « les ajustements » traumatisants subis par la population grecque dans les dernières années.
  • Il n’y a pas une mesure générale des prix mais plusieurs : les prix de l’énergie, ceux des biens manufacturés, ceux des produits alimentaires, etc…L’inflation « moyenne » ne reflète pas toujours le ressenti des ménages confrontés aux hausses de prix. C’est pourtant ce que tentent les instituts statistiques avec la mesure de « l’inflation sous-jacente » (l’inflation dépouillée de certains indices parasites comme celui de l’énergie) ou « inflation core ». Utiles pour la politique monétaire, ces indices (l’IPCH en Europe) apparaissent souvent abscons aux agents économiques.

Un autre indicateur peut être utilisé avec toutes les précautions là aussi, il s’agit du point mort d’inflation. Celui-ci reflète le sentiment du marché (donc a priori un sentiment « éclairé ») sur l’inflation anticipée. Il est conçu comme étant la différence entre le rendement nominal d’un titre obligataire et le rendement d’un titre de même maturité indexé sur l’inflation. En France on comparera ainsi le rendement de l’OAT 10 ans par exemple avec celui de l’OATi de même échéance. Grâce au calcul du “point mort d’inflation”, les marchés indiquent à tout moment leur anticipation qui peut constituer un indicateur pour les agents économiques.

Quelles conséquences tirer d’une estimation d’une hausse de l’inflation ?

On le voit l’investisseur doit en permanence avoir un œil sur les anticipations d’inflation, faire la part entre les tendances de long terme et les bruits parasites et en fonction de cela arbitrer au sein de ses actifs. Cette anticipation doit conduire à une répartition entre immobilier (ou assimilé), actions et obligations qui lui assure le meilleur couple rendement / risque.

De ce point de vue la partie obligataire sera extrêmement sensible à une hausse de l’inflation. Si une hausse de l’inflation se traduit par une hausse des taux on comprend que la valeur de marché des obligations émises antérieurement aura tendance à baisser.

L’investisseur devra alors arbitrer entre actions dont la valeur peut « suivre » l’inflation et obligations qui peuvent en souffrir.

Mais il faut prendre en compte le risque de perte en capital, plus marqué naturellement pour les actions que pour les obligations d’où l’attrait parfois incompréhensible pour des emprunts d’Etat à rendement négatif (exemple du Bund allemand) mais protégés en capital. L’investisseur devra, face à une potentielle hausse de l’inflation, réduire son exposition à des produits à taux fixes et se tourner vers des obligations à taux variables ou vers des obligations convertibles.

Une protection consistera également à monter dans l’échelle de qualité des titres (la hausse des taux pouvant amener des défaillances d’émetteurs) et raccourcir les horizons d’investissement en privilégiant les obligations les plus courtes.

Essayons de conclure simplement cet article sur un sujet aussi complexe qu’un éventuel retour de l’inflation, que nous avons été contraints de scinder en 3 parties pour le rendre plus digeste

La question qui se pose donc aux investisseurs face à cette problématique de l’inflation est de trouver les outils d’anticipation et ensuite de prendre les décisions les plus éclairées pour arbitrer au sein de leurs actifs.

Il est nécessaire de garder en tête les différentes composantes de l’inflation pour prendre les décisions les plus rationnelles : Evoluons-nous dans un environnement d’inflation faible ? Les facteurs de hausse de l’inflation sont-ils plus présents que ceux de baisse ?

L’inflation peut être directement liée aux politiques monétaires des banques centrales. Il est essentiel d’anticiper au mieux les conséquences de ces politiques et de la situation économique des états au sortir de la crise actuelle.

Auteur : Gérard MAZZIOTTA (VALETYS)

Partagez ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.