La forêt va t-elle devenir le placement du "monde d'après" ?

La forêt va t-elle devenir le placement du “monde d’après” ?

Publié

Planter un arbre par habitant pour les 30 prochaines années. C’est l’une des propositions d’un rapport, rendu ce jeudi, et destiné à apporter des solutions au gouvernement pour protéger la forêt française.

Si la député à l’origine d’un nouveau rapport sur le forêt a salué l’enveloppe de 150 millions d’euros pour le reboisement, annoncée récemment par le ministre de l’Agriculture dans le cadre du plan de relance de l’économie française, elle souligne l’urgence d’impulser à l’échelle nationale le renouvellement des forêts françaises.

Elle vient ainsi conforter la décision récente et sans précédent du Gouvernement, de mobiliser, dans le cadre du plan de relance 200 millions d’euros. La France compte près de 17 millions d’hectares de forêts, soit environ un tiers de la métropole.

Doper l’investissement privé dans la forêt

Au delà des efforts budgétaires, le renouveau de la forêt passera aussi par la mobilisation des investisseurs privés. Investir dans les bois et forêts est donc plus que jamais d’actualité, d’autant que cela procure un rendement régulier et stable dans le temps et permet également de diversifier son patrimoine car c’est un placement déconnecté des marchés financiers et du marché immobilier. Le rendement oscille en moyenne entre 1 % et 3 % par an. Le cycle d’exploitation des forêts est long, c’est un investissement qu’il convient d’envisager sur 10 à 15 ans environ.

Fiscalement, acquérir des parts d’un groupement forestier permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu égal à 18 % du montant investi, dans la limite d’un investissement de 5 700 € pour une personne seule et de 11 400 € pour un couple. En contrepartie, il faut conserver les parts jusqu’au 31 décembre de la huitième année suivant la date de la souscription. Cet avantage fiscal est soumis au plafonnement des niches fiscales.

Les parts de groupement forestier sont soumises à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI), mais seulement à hauteur de 25 % du patrimoine forestier (abattement de 75 %) sous conditions de détention. Elles bénéficient aussi d’un abattement de 75 % sur les droits de donation et de succession, sous conditions de détention.

Vous pouvez consulter la vidéo de notre partenaire France VALLEY,
spécialiste de l’investissement en groupements forestiers.

Vidéo FRANCE VALLEY
Partagez ce contenu :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.