Point sur les marchés financiers

Publié
Actions

✓ Le début d’année est mitigé sur les marchés « actions », la baisse initiée le 15 Janvier (-5,3% jusqu’au 30/01/2020) suite à la propagation du Coronavirus a été entièrement retracée lors des 10 derniers jours. Les investisseurs anticipent un pic d’épidémie pour fin février et un recul par la suite.

Cac 40: +0,22% Eurostoxx 50: +0,84% SP500: +2,92% Nikkei: +0,48%

✓ L’impact du Coronavirus a été visible à tous les niveaux de l’économie chinoise, que ce soit dans le secteur industriel (usines à l’arrêt, main d’œuvre en quarantaine) ou dans le secteur des services (une partie de la population est confinée, certaines activités ont subi des fermetures réglementaires). La seconde économie mondiale a été à l’arrêt pendant plusieurs semaines, les répercutions financières sur les pays voisins et autres
partenaires commerciaux sont énormes mais ponctuelles selon les investisseurs.

✓ La signature officielle de l’accord commercial sino-américain a eu lieu le 15 janvier. Les accords de « Phase 1 » engagent la Chine à acheter pour 200 milliards USD de produits américains sur 2 ans (77,7 milliards USD d’achats additionnels du secteur manufacturier, 52,4 milliards du secteur de l’énergie, 37,9 milliards de services et 32 milliards de produits agricoles), tout en s’engageant à lutter contre la contrefaçon. En février 2020, la Chine
annonce la suppression durant le courant du mois du février, de près de 75 milliards de
dollars droits de douanes, cela représente une diminution de 50 % des droits de douane initialement mis en place en septembre 2019. Washington a renoncé à imposer de nouveaux droits de douane à la Chine et diminué de moitié ceux imposés le 1er septembre 2019 sur 120 milliards de dollars de biens chinois.

✓ Les données macroéconomiques publiées la semaine dernière ont été mitigées. Les USA affichent des indicateurs meilleurs que prévus (confiance des chefs d’entreprise, création d’emplois), montrant qu’avant l’épidémie de coronavirus, l’économie américaine était sur la voie de la reprise, impacts positifs des ’accords commerciaux entre les États-Unis et la Chine. L’UE affiche de mauvaises chiffres de commandes et de production industrielle, tant en France qu’en Allemagne. Ces chiffres montrent qu’il est illusoire de tabler sur un rebond substantiel de l’économie européenne au cours des prochains mois.

✓ Présidentielles US, selon les sondages, il est de plus en plus crédible que Sanders gagne la primaire démocrate. Le problème pour les marchés est que dans la plupart des « swing states » déterminants pour la présidentielles, Sanders battrait Trump. Or, 8 investisseurs sur 10 tiennent pour acquise une victoire de Trump en novembre. Si Sanders est effectivement le candidat démocrate, il est fortement possible que la volatilité augmentera sur les marchés.

Obligations

✓ Les taux des principales obligations d’États se stabilisent sur des niveaux proches de 0 en Europe et de 2 aux USA Bund 10 ans :

0,45% OAT 10ans : 0,223% T Bond : 1,554%

✓ Les Banques centrales US et UE maintiennent le niveau des taux inchangé. La trop faible inflation ne leur permet pas d’augmenter les taux. La stabilisation de la croissance en fin d’année ne les incite pas à les baisser.

✓ Les premiers accords avec la Chine vont contribuer à stabiliser l’inflation aux USA, les chiffres du chômage étant bons, la croissance stabilisée au Q4 la FED estime que le statu quo est de mise pour le moment.

✓ Globalement, les indices ISM manufacturier et non manufacturier se sont inscrits en hausse en janvier, le premier repassant au-dessus de la barre des 50 points pour la première fois depuis juillet 2019. La composante des nouvelles commandes des deux indices, qui est en général l’un des éléments les plus prospectifs, a été encore plus encourageante en enregistrant leur plus forte progression mensuelle depuis août 2018

✓ L’orientation de la politique de la BCE vers Le changement climatique est claire. Le thème figure dans la vaste revue stratégique menée cette année par C.Lagarde. Aucune hausse de taux n’est envisagée pour le moment.

✓ De nombreux asset dont (JP.Morgan, Fidelity M&G) sont très positifs sur la thématique de la dette émergente en 2020. L’évolution de différents facteurs techniques (accords commerciaux, primes de risques attractives, politique monétaire accommodante des banques centrales des pays émergents) et les flux semblent dessiner un environnement propice pour la classe d’actifs Les fonds M&G et Fidelity que nous avons sélectionnés en Juin 2019 affichent plus de 10 de performance au 12.02.2020 pour une volatilité de 4,5%.

Partagez ce contenu :